Ronde n°1 : La traversée (Roubaix à la ronde)

IMG_4783

Roubaix, Grande Rue vers le pont Emile Duhamel (anciennement du Galon d’eau) r1 22Le canal de l’Espierre à une heure à la ronde… Je commence par ma promenade préférée, celle qui comporte absolument tous les ingrédients passionnants qui font d’une  ville comme Roubaix un lieu hors du commun. Cette première ronde se fait en vélo.

photo (100)

Personnellement j’ai toujours eu une grande méfiance pour les sports qui mettaient entre mon envie de bouger et mon corps, un instrument complexe à maîtriser, toute une artillerie à manier, aussi je ne vous proposerai jamais de promenade en planche ou  en char à voile (même si c’est possible à une heure de Roubaix!!) Mais ne pas s’essayer au vélo dans une ville qui en fait son sport de prédilection aurait été tout de même dommage. D’autant plus que cela m’a permis la découverte de cette promenade que j’aime infiniment recommencer. Vous découvrirez d’ailleurs des photos à différentes saisons. Dans cette « ronde », deux traversées: celle de Roubaix par une artère phare de son histoire : la Grande Rue ,et celle de la frontière, puisque nous serons dans moins d’une heure à vélo en Belgique. Nous approcherons l’Escaut. Le point d’arrivée : un endroit hors du temps : chez Simone.

chez simone

Chez Simone, Leers Belgique

En laissant derrière nous la colonne des baisers, nous nous dirigeons vers l’église Saint Martin et prenons sur la droite l’une des artères les plus passionnantes de Roubaix : La Grande Rue. Une traversée entre passé révolu, soupçon de nostalgie, ébullition actuelle et voyage autour du monde. Parée d’enseignes multicolores, du Maghreb ou de Chine, celles du passé à peine effacées, kebab,sushis,pizzas, cafés, pâtisseries orientales, boutiques d’import export, alimentation générale, Afrique, île Maurice, immeubles à l’abandon, la Grand’Rue grouille d’une vie qui se défait et se refait. Attention aux voitures tout de même, ce n’est pas la rue la plus accueillante pour les vélos, mais tellement plus passionnante à découvrir sur deux roues. Dès l’amorce de cette longue artère, nous apercevons en ligne de mire, le point de bifurcation pour rejoindre les bords du canal : le pont Emile Duhamel (autrefois le pont du Galon d’eau) qui permet d’accéder au quai de Cherbourg et en arrière plan si loin et semblant si proche : le réservoir d’eau de Wattrelos.

ronde n°1 1 bisr1 4ronde n°1 3

r1 8 705_001

Une fois passé ce pont, magnifique ouvrage métallique, nous nous préparons à tourner à droite quai de Cherbourg. J’en profite pour vous inviter à découvrir quand vous le souhaitez ce havre de paix qui ne paye pas de mine et qui porte un si joli nom.

« L’as de Coeur ».. IMG_4829 r1 16 a

Prêts pour l’aventure ? Un coup d’oeil vers l’autre côté du canal, quai de Toulon – les prunus en fleurs au printemps..

r1 9

Envie bien sûr d’explorer prochainement cette direction jusqu’au couvent de la Visitation et au-delà..Mais en attendant, en avant pour le quai de Cherbourg, nous prenons paradoxalement la direction du Sud puis nous bifurquerons vers l’Est…

r1 11 Oui il s’agit en quelque sorte d’aventure car il faut d’abord dépasser l’impression encore peu engageante de cette portion du chemin.

r1 13

r1 12

L’ancienne maison éclusière du Galon d’eau, sauvée de la destruction, nous indique que l’Escaut est à 13 km…. On rêve déjà à ce que cela peut devenir… nous sommes sur  le tracé de l’Eurovelo route n° 5, cette piste cyclable européenne qui relie Londres à Brindisi.. Eurovélo route n°5

r1 18

Les ponts, les passerelles se succèdent. Nous passons dessous, dessus, nous les contemplons de loin…

r1 17

Passage sous le Pont Nyckès r1 34 r1 19

Etroit passage du quai de Wattrelos au quai de Grimonpont, à partir de ce moment nous longeons désormais l’Espierre.

r1 20 r1 39r1 21 .r1 24

Au cours de ce temps de promenade, le vent embrassant le visage, nous partons pour la traversée des paysages : friche industrielle, no man’s land, enchantement de la campagne,des ruisseaux, des saules,des champs et puis surtout pour saluer l’entrée sur le territoire belge, la plus belle rangée d’arbres de la région…Quelques tours de roues, ronde de l’imaginaire et du voyage, du canal de Roubaix, à moins du heure de la Grand-Place, nous avons l’impression d’être transportés à deux pas de Bruges, le long du canal de Damme en route pour la ville de l’Ecluse et l’embouchure de l’Escaut…

r1 28

Canal de l’Espierre r1 22

Canal de l’Espierre r1 29

Canal de l’EspierreIMG_6035comp

Canal de Damme près de Bruges…

Nous croisons la guinguette de Leers en France, puis  très vite comme un air de Belgique, la joyeuse maison du Canal au niveau de l’ancienne douane, l’endroit est parfait pour prendre un rafraichissement… mais juste un peu plus loin… il y a un café qui semble un peu perdu.. Sur la façade une date : 1884. Nous sommes chez Simone, c’est spécial..hors du temps, à l’écart, tout un poème..Quand je m’y arrête il me plait d’imaginer que c’est à cela que ressemblait le cabaret des Mille Colonnes qui se trouvait au milieu du parc de Barbieux avant que l’on ne décide de le remplacer par La Laiterie.

r1 37 r1 35 r1 36

photo chat simonephoto jardin simone

photo (2)

L’heure du retour…. r1 23 r1 40 IMG_4431

 

« Nous traversâmes cet étrange pays d’usines géantes rangées à la file le long des rues immenses et mornes, coupées de passerelles et de tunnels aériens, et sillonnées de voies ferrées, où circulent des locomotives et des trains de houille, d’acier ou de produits chimiques, parmi les camions automobiles. Nous allâmes jusqu’au canal…. Le pays devenait campagnard et verdoyant, avec de grosses haies d’aubépine partageant des prairies épaisses, et des grandes villas entourées de parcs et de bois. Nous atteignîmes le hameau. Quelques vieilles maisons de briques s’alignaient face à face, séparées par une épicerie et un petit café. »  La Compagne, Maxence Van der Meersch

Publicités